Les débuts

Quand j’ai décidé de quitter mon emploi en tant que salariée, je voulais changer de domaine d’activité mais je n’avais pas encore mis le doigt sur mon nouveau métier. Par où commencer pour me reconvertir professionnellement ? Une phase d’introspection, des rencontres et autant de discussions plus tard, les idées ont commencé à émerger pour déboucher sur des propositions : « Tu aimes écrire ? Ca tombe bien, j’ai besoin de textes pour mon site web » ou encore « J’ai une page Facebook mais je ne sais pas comment la gérer. As-tu des conseils pour les publications ? ». Attirée par le domaine du webmarketing, j’ai consolidé mes connaissances en validant des formations et c’est en acceptant ces opportunités qu’a démarré mon activité de travailleuse autonome.

Les démarches

Rapidement s’est posée la question des démarches à accomplir pour professionnaliser ma nouvelle activité. Dans l’enthousiasme d’une reconversion professionnelle couplée à un démarrage en tant qu’entrepreneur, des questions très terre à terre sont venues gâcher un peu la fête : comment gérer les taxes et les impôts ? Est-ce que je dois prendre des assurances particulières ? Quels sont les éléments obligatoires sur une facture ? Elles ne sont que les premières d’une longue liste quand viennent les sujets du statut de l’entreprise et du calcul d’un taux horaire. Pour beaucoup de ces questions, j’ai trouvé des réponses dans cette liste de 10 lectures indispensables pour les travailleurs autonomes et sur le blog de Kiwili. Riche en articles et en conseils, le blog est une mine d’informations pour les entrepreneurs et la création d’entreprise, aussi bien au Québec qu’en Europe. Au final, quand on sait où trouver les réponses, les démarches sont rapidement comprises, exécutées et validées !

Les obstacles à surmonter

Passées les étapes administratives, d’autres obstacles restent à surmonter. Car en tant qu’entrepreneur, il s’agit d’apprendre à gérer à la fois son temps, une multitude d’activités et pas mal d’incertitude. Dorénavant, c’est moi le maître à bord et les objectifs sont ceux que je me fixe. Il m’a fallu trouver des moyens d’entretenir ma motivation et ne pas me laisser déborder par une liste de tâches trop remplie.

Toujours des solutions

Heureusement, à chaque problème sa solution !
Un moment de solitude ? De plus en plus d’espaces de coworking se créent un peu partout, dans des locaux souvent originaux et réaménagés pour favoriser les échanges. Pour les budgets serrés, les cafés sont une alternative agréable au bureau : wifi, cappucino et gâteaux pour les petits creux dans une ambiance détendue et propice au travail. L’isolement ne doit pas devenir un obstacle à l’épanouissement professionnel au risque de complètement se décourager.

Des projets au point mort ? Une des étapes clés dans le développement d’une entreprise est l’organisation. À chacun de trouver le rythme de travail dans lequel on se sent bien et le plus efficace. Être libre de son emploi du temps peut être déroutant au départ. J’essaie de m’organiser pour être la plus productive possible sur les heures de travail en planifiant mes projets : définir des dates d’échéance, les tenir, mais sans oublier de prévoir une marge pour les imprévus. Des conseils sur la gestion du temps sont toujours bons à prendre !

Pas fan de la comptabilité ? Il est nécessaire de rapidement choisir des outils et d’instaurer une dynamique d’utilisation. Mais choisir rapidement ne veut pas dire trop vite. Si l’outil ne correspond pas à ses besoins, il est une perte de temps et ne sera d’aucune aide. Plusieurs applications proposent des essais, comme Kiwili. Avec son interface à la fois simple et complète, je l’ai tout de suite adopté pour établir mes devis et factures, avant de découvrir les modules très pratiques de gestion de projet et suivi des dépenses. De plus, l’utilisation des compteurs de temps donne un aperçu concret des heures passées sur chaque projet et à la fin d’une semaine bien chargée, je me dis que le week-end est d’autant plus mérité.

Et la suite ?

La suite est bien sûr de développer son entreprise. Là encore, des casquettes s’ajoutent sur la tête déjà bien chargée de l’entrepreneur : celles de la prospection, de la vente et du marketing. En fonction de son domaine, chacun va gérer différemment ces activités, mais elles passeront forcément par l’impression de cartes d’affaires et leur distribution à chaque occasion de réseautage. Des salons aux conférences en passant par l’entretien de son réseau, c’est tout une dynamique à mettre en place pour se faire connaître, trouver des clients et augmenter les ventes.
On m’a conseillé de regarder du côté des groupes d’entrepreneurs qui apportent conseils et contacts. L’occasion d’étendre mon réseau et de partager mon expérience. Après tout, mes doutes et mes questions sont probablement partagés par d’autres entrepreneurs. Parlons-en !

Seul, on va plus vite; ensemble on va plus loin !

 

À propos de l’auteur: Timothée Guth apporte de la visibilité sur le web à des projets inspirants. Après avoir exploré le domaine des TI pendant 9 ans, elle s’est réorientée depuis quelques mois vers du Webmarketing. Elle propose ses services en stratégie de communication numérique et création de contenu pour des sites web, blogs et réseaux sociaux.

Retrouvez Timothée sur sa page Facebook et sur Linkedin.

Si vous aussi avez envie d’écrire un article pour le blog de Kiwili, lisez notre article sur la possibilité de devenir rédacteur partenaire et contactez-nous !


Essayez Kiwili gratuitement pour 30 jours

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Google+

Recevez des nouvelles de Kiwili !

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières nouvelles et conseils d'entrepreneuriat de Kiwili.

Vous êtes abonné, merci !

Share This