Portrait d’entrepreneur : Florian Zorgnotti – Consultant SEO, spécialiste de WordPress

Portrait d’entrepreneur : Florian Zorgnotti – Consultant SEO, spécialiste de WordPress

Vous êtes entrepreneur, quelle activité avez-vous développée  ?

Je m’appelle Florian Zorgnotti, j’ai 27 ans et je suis consultant en référencement naturel spécialisé sur les sites WordPress. J’habite à Nice et je travaille en freelance, ce qui me permet de travailler depuis n’importe où dans le monde. C’est en 2014 que j’ai décidé de me lancer dans le web avec pour commencer, seulement un blog voyage. Titulaire d’un master en communication numérique et d’un BTS en marketing, j’ai pu appliquer mes connaissances marketing dans le webmarketing afin de faire décoller mon site. J’ai aussi découvert d’autres aspects du webmarketing jusque là inconnu comme le référencement naturel ou les tunnels de vente. Pris de passion pour le référencement de mon blog, j’ai alors décidé de me former le plus souvent possible pour gagner toujours plus d’audience sur mon blog. En 2016, suite à une formation auprès d’Olivier Duffez (créateur de Webrankinfo, NDLR), je décide alors d’en faire mon business et de me lancer en solo. Je deviens alors consultant SEO WordPress à Nice.

Quelles ont été vos motivations et à quel moment avez-vous su que vous souhaitiez devenir entrepreneur ?

Je n’ai jamais vraiment su quoi faire de ma vie lorsque j’étais plus jeune. En revanche, je savais ce que je ne voulais pas faire : pas de bouchon, pas de patron, pas de lieu fixe pour travailler. Je voulais avoir un maximum de liberté. Le souci, c’est qu’à la fac, on ne nous parle jamais d’entrepreneuriat mais plutôt comment devenir un salarié d’une grosse boîte. Je n’avais alors jamais pensé à me lancer en solo. Le freelancing correspondait complètement à ma vision.

Avec l’explosion d’internet et de tous les nouveaux métiers qui en découle, la concurrence n’est pas trop rude ?

Non, pas tellement car le métier de consultant SEO fait partie de ces métiers qui explosent depuis quelques années. Il y a pas mal de demandes. La plus grosse concurrence vient des agences web qui proposent des prestations globales et les clients ont souvent plus confiance en quelques choses de physique qu’à un freelance à l’autre bout de la France (ou ailleurs).

Qu’est-ce qui permet de te démarquer ?

Je pense que c’est ma spécialisation. Je vois beaucoup de freelance se diversifier, ils font du SEO, du community management, de l’emailing… Le client à tendance à s’y perdre. J’ai choisi à l’inverse de me spécialiser dans le référencement sur WordPress en m’adressant particulièrement aux petits entrepreneurs.

Les bonnes pratiques et les tendances du SEO en 2018 ? Des conseils ?

Le SEO est en constante évolution, Google change les règles chaque année, mais son objectif est très clair : l’expérience utilisateur. Google cherche à satisfaire le plus rapidement l’internaute qui réalise une recherche. Son algorithme évolue dans ce sens pour trouver les pages web les plus pertinentes par rapport à la requête tapée. Je pourrais parler du mobile index first (Google indexe maintenant la version mobile du site et non desktop) ou du développement de la recherche vocale mais je pense qu’il y a 3 gros critères de base très importants pour bien référencer un site web :

  • La taille du contenu : plus une page contient du texte long et plus Google la considère comme qualitative. D’après des tests, les pages contenants plus de 2000 mots se retrouvent souvent en première position des résultats de recherche. Sur mon blog pro, je rédige seulement des articles de plus de 1000 mots.
  • L’expérience utilisateur : la quantité compte, mais sans contenu qualitatif, il est peine perdue de séduire Google. Un site web doit avant tout être ergonomique et le plus clair possible. Il ne faut pas chercher à faire trop compliqué.
  • Faire le ménage : la qualité SEO d’un site web se mesure par la qualité moyenne de chaque page. Les pages faibles font baisser la note globale du site, il faut alors les supprimer de l’index de Google. C’est le cas des pages comme les mentions légales ou les pages qui ne contiennent que des photos.

En réalité, un site bien optimisé pour Google est un site bien travaillé pour l’internaute

Une technique secrète à nous partager ?

Il n’y a pas tant de secrets pour travailler son référencement, il faut y passer beaucoup de temps et être patient, car les résultats sont longs à arriver. Je donne d’ailleurs énormément de conseils sur le sujet sur mon blog pro ????

Retrouvez tous les portraits d’entrepreneurs :

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !



Portrait d’entrepreneur : Les Tontons – Communication Web

Portrait d’entrepreneur : Les Tontons – Communication Web

 

Vous êtes entrepreneur, quelle activité avez-vous développé  ?

“Nous avons commencé par lancer deux activités distinctes :

  • TONTON, qui est une agence de communication spécialisée en Web, qui propose de la création de sites, des campagnes de publicité à travers les réseaux sociaux, de la conception de concours en ligne, etc.
  • Un réseau de pigistes, qui au départ n’était qu’un formulaire d‘inscription en ligne à remplir, et qui très rapidement a compté plus de 300 inscriptions. Nous avons donc cumulé des ressources de différents corps de métiers (Web, vidéo, rédaction, révision de contenu, 3D…) et pu proposer des offres d’emplois, des services proposés aux clients, à des partenaires, par des listes de publipostage.

Cela a donné naissance à la création de la plateforme Les Tontons, qui a comme utilisateurs des clients, mais aussi des agences Web (parfois concurrentes) qui postent des offres d’emplois. Notre valeur ajoutée est basée sur l’accompagnement que nous faisons auprès de nos clients, notamment pour les aider à rédiger leurs annonces et surtout cibler leur offre en fonction de leurs besoins techniques, mais aussi au niveau tarifaire, pour les salaires de postes proposés.”

Quelles ont été vos motivations et à quel moment avez-vous su que vous souhaitiez devenir entrepreneur ?

“Dès la fin des études, tous mes camarades de classe se précipitaient pour postuler dans les grandes entreprises pour vite mettre leur première ligne sur leur CV. Moi, je n’avais pas particulièrement envie de travailler en entreprise. J’ai fait mes études en France et décidé de faire mon année de stage de fin d’études au Québec. Dans une la structure « 33Mag », qui est un webzine urbain et une WebTV. J’ai vu des jeunes de moins de 30 ans qui réalisaient leur passion et arrivaient à en vivre. Ce stage m’a permis de développer mon réseau de contacts. Le téléphone a commencé à sonner et on me proposait des emplois alors que je n’en cherchais pas encore.

J’ai pris le parti de devenir concepteur/programmeur Web en tant que travailleur autonome. Un an après, je me suis associé avec Martin Antonietti et est né « TONTON ». Martin vient d’une école de commerce. Il a étudié deux ans à l’École de commerce de Marseille (France) qui proposait des échanges avec l’UQO de Gatineau, ici au Québec. Il a donc fait deux ans d’études à Marseille et deux ans à Gatineau. Puis il a fait son stage chez Toxa, une agence de création qui propose le magazine Urbania. À la fin de son stage, nous nous sommes mis à travailler sur le projet, et à l’automne 2008, nous avons pris un bureau en ville.

En 2010, le 3e Tonton, Riwal Plaine, est entré en tant que directeur artistique, programmateur Flash et associé. Il avait travaillé comme salarié dans des agences Web. À deux, nous faisions le travail de trois personnes, à trois, le travail de cinq, et maintenant que nous sommes cinq, avec Élodie, gestionnaire de projets et coordonnatrice, et Cyril qui est chargé de dynamiser le réseau, nous faisons le travail de dix !”

Qu’est-ce qui est le plus dur à gérer lorsqu’on est entrepreneur ?

“Le plus dur à gérer, pour moi, c’est le temps ! J’ai vraiment un problème avec la gestion du temps, et en tant qu’entrepreneur c’est encore plus difficile, car nous n’avons pas d’horaires, pas d’obligations et il y a toujours autre chose à faire… Dans mes débuts, j’avais l’appartement le plus propre et le mieux rangé de la ville ! En tant que travailleurs indépendants, nous ne devons pas obligatoirement faire 70h par semaine pour bien gagner sa vie, mais tout de même, le rythme est très différent. Nous pouvons travailler le soir, le week-end et gérer sa vie, faire ses courses dans la journée, etc. Par la suite, j’ai dû aller travailler un temps chez un client, ce que j’ai trouvé très agréable, car le côté social me manquait. Bien que je sois « geek », j’ai besoin de voir des gens. Les discussions à la machine à café sont aussi enrichissantes et instructives que de lire ses flux RSS. Il est important de partager la créativité et les lectures que font les uns les autres.

Et puis en tant que « Tonton », à deux, nous avions des procédures de fonctionnement très cadrées. Gérer le côté « business », n’a pas été un problème, car nous étions et nous sommes toujours les mieux placés pour vendre ce que l’on fait. Au-delà de ça, les outils collaboratifs nous ont énormément aidés. Dans les débuts, nous avions improvisé sur les sujets comme le cashflow, la rentabilité des projets… Si nous nous étions arrêtés devant les problèmes de rentabilité des projets dès le départ, nous ne nous serions probablement jamais lancés dans l’aventure. Cependant, après deux ou trois ans d’évolution, ces petits défis deviennent importants et il devient nécessaire de les gérer le plus efficacement et professionnellement possible. Nous sommes très contents d’avoir adopté Kiwili qui nous a aidés dans la gestion quotidienne, car toutes les données sont centralisées et faciles à gérer. Avec le peu de temps qu’un entrepreneur possède, il est important d’avoir un outil de gestion tout-en-un pour simplifier le travail.”

Qu’avez-vous gagné à devenir entrepreneur ?

“Ce que nous avons gagné à devenir entrepreneurs, c’est la liberté de choisir les clients, les projets, les thématiques, le fait de ne pas avoir de compte à rendre. Nous pouvons établir nos objectifs nous-même, choisir la qualité que nous voulons donner aux projets menés, car la qualité pour nous est essentielle. Nous faisons du « corporate » pour de grosses compagnies, mais aussi beaucoup de culturel, projets pour lesquels nous sommes prêts à surpasser nos efforts. Finalement, nous sommes maîtres de notre travail, ce qui nous permet de nous investir à 1000 %.”

Êtes-vous heureux et satisfait du parcours d’entrepreneur effectué ?

“Très heureux ! Nous sommes très sollicités cette année. En tant qu’entrepreneurs, nous sommes heureux, mais par la suite il nous faudra prendre du temps et gérer les priorités. Il faudra dire non à des projets. Ce sera difficile, mais nécessaire pour conserver la qualité de nos services. Nous sommes tous les trois très contents et nous ne changerions notre situation pour rien au monde.”

Les Tontons

 

Retrouvez tous les portraits d’entrepreneurs :

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !



Portrait d’entrepreneur : TRACTR – Stratégie d’affaires

Portrait d’entrepreneur : TRACTR – Stratégie d’affaires

Entretien avec Stéphane Demets et Olivier Tarbès, co-fondateurs de TRACTR

Qui êtes-vous et quelle est votre activité ?

Chez TRACTR, on développe des stratégies d’affaires internet. Nous sommes deux associés et une équipe de 7 personnes. Nous misons beaucoup sur l’analyse et la conception. Au-delà du métier en lui même, ce qui nous intéresse particulièrement c’est de rencontrer les gens, analyser leurs problématiques et de leur proposer des approches novatrices et personnalisées. Nos services se regroupent principalement autour des grands domaines que sont la Création, la Technologie, la Stratégie et l’Optimisation, le tout appliqué spécifiquement au web. Nous collaborons avec des annonceurs divers et variés, de la PME aux grands groupes comme Pages Jaunes, Sympatico ou encore Hydro-Québec.

Quelle a été votre motivation première, celle qui vous a fait glisser inévitablement vers le statut d’entrepreneur ?

Stéphane Demets : Ça remonte à très loin, c’est dans ma nature. J’ai passé 80% de ma vie active comme travailleur autonome. J’ai d’abord fait des études en design, ensuite j’ai eu des opportunités. J’ai travaillé à la pige, et puis j’ai créé ma première entreprise au cours d’une rencontre lors de ma deuxième vague d’études. J’étais intéressé par la musique et j’ai fait des études à l’école Musitechnic, ou il y avait un volet gestion artistique, business, et c’est là que j’ai fait une rencontre, avec qui on a commencé à faire du booking et qui a fini par devenir une maison de disque: C4.mu. En parallèle, je continuais à travailler à la pige, et puis j’ai eu l’opportunité d’être employé chez Juste Pour Rire. Pour moi, ça représentait cette grosse structure du milieu culturel, et ce poste qui rejoignait mes compétences et ma passion. Donc, j’y ai gagné une grosse expérience dans le web, et en plus à vocation culturelle, et tout c’est orienté logiquement vers le web et la rencontre avec Olivier qui y travaillait également. Et tout ça s’est dessiné et concrétisé avec Olivier en cette entreprise qu’est TRACTR aujourd’hui. En résumé, Tractr découle donc de ma rencontre avec Olivier Tarbès à Juste Pour Rire, où l’on travaillait comme employés, au département web. Olivier, comme chef de projet et moi comme directeur artistique. Olivier Tarbès: J’ai toujours participé à de nombreux projets, personnels, sportifs, associatifs…entrepreneur était la suite logique après une première expérience professionnelle chez Juste Pour Rire. Avec Stéphane, on venait de passer 8 mois à travailler intensément dans le cadre du festival et lorsque l’opportunité s’est présentée, nous n’avons pas hésité longtemps avant se lancer dans cette nouvelle aventure. On s’occupait de tous les projets web du Groupe, nous avons simplement continué à le faire dans un cadre d’agence. Et en ce qui me concerne, je voulais monter des festivals, je ne faisais pas de web. Je suis entré chez Juste pour Rire, comme stagiaire pendant mes études de marketing, et on m’a demandé d’assurer l’intérim du chef de projet web, ce que j’ai accepté autant pour rendre service que par curiosité de comprendre cet univers qui me fascinait! De temporaire, la situation est devenue permanente. Après ma maîtrise en Gestion de Projet je suis donc revenu chez JPR en tant que chef de projet web, dans l’optique de développer encore un peu plus ma compréhension du fonctionnement du festival, à un poste extrêmement transversal, qui me donnait l’occasion de collaborer avec toutes les unités du groupe ayant besoin de communiquer en ligne. C’est qui est drôle c’est que Stéphane et moi sommes entrés dans le monde du web par une porte détournée, celle de la culture! D’où la culture web !

Qu’est-ce qui est le plus dur à gérer ?

Stéphane Demets : On a commencé tout de suite à quatre, avec un gestionnaire projet, et un développeur intégrateur. Donc dès le début, on est parti avec une équipe à gérer en plus du reste. Olivier Tarbès : Le plus dur a toujours été la gestion de croissance et les risques qui y sont associés. Pour ma part, il a longtemps été difficile d”accepter la part d’inconnu qui par définition ne se maîtrise pas. On a beau essayer de prévoir, de mettre des indicateurs, mais en général il ne se passe jamais ce qu’on avait imaginé. Au-delà de ça, lorsque l’équipe augmente il faut mettre en place de plus en plus de processus de coordination du travail et de suivi de la qualité, ce qui ne va pas toujours dans le sens de la créativité et des solutions sur-mesure que nous affectionnons.

Au contraire, qu’y avez-vous gagné ?

Pour nous, c’est un état d’esprit qui nous correspondait à la base. On a toujours monté des projets. L’expérience Juste pour Rire devait pour chacun de nous, nous permettre d’acquérir de l’expérience. Au final, on a lancé notre entreprise ! On apprend tous les jours à relever de nouveaux défis, et ça, c’est extraordinaire! Ce qu’on y a gagné, c’est la possibilité de faire le métier qu’on aime dans l’esprit qui nous correspond. C’est la vraie liberté! Bien sur la liberté est paradoxale, c’est aussi celle d’avoir beaucoup de responsabilités, mais finalement faire ce qu’on aime et que ça marche, se lever tous les matins pour des projets que nous avons choisis est une expérience incroyable.

La Question Ri-Ki-Kiwili: Alors… Heureux ?

Stéphane et Olivier: Oui, on stresse, on a des doutes, des inquiétudes, mais oui, on est heureux, car cela fait partie du jeu. Pour rien au monde, on ne changerait notre situation. On est heureux et surtout content d’être deux associés et une équipe formidable!

Retrouvez nos autres portraits d’entrepreneurs.

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !



Besoin d’un coup de pub ? Publiez votre portrait d’entrepreneur !

Besoin d’un coup de pub ? Publiez votre portrait d’entrepreneur !

Kiwili souhaite aider les travailleurs indépendants et auto-entrepreneurs à se faire connaître et à se développer : pour cela nous vous offrons aujourd’hui l’opportunité de mettre en avant votre expertise sur notre blog.

Vous faites partie de la communauté Kiwili, vous avez de l’expérience dans l’entrepreneuriat et vous souhaitez partager votre parcours via notre rubrique consacrée aux portraits d’entrepreneurs ? Publiez votre portrait sur notre blog !

Pourquoi promouvoir votre petite entreprise via Kiwili ?

Vous augmentez votre visibilité grâce à notre réseau et vous partagez votre expertise auprès de toute notre communauté, soit :

  • plus de 50 000 utilisateurs Kiwili
  • près de 3 000 contacts via les réseaux sociaux
  • environ 10 000 visiteurs par mois sur notre site

Grâce à vos conseils et votre expérience vous aidez également d’autres entrepreneurs à se lancer et à mieux gérer leur petite entreprise. Il s’agit aussi d’une bonne occasion pour élargir votre carnet d’adresses et entrer en contact avec le potentiel client.

Comment faire la Une de notre blog ?

 Vous vous sentez l’âme d’un journaliste ? Rédigez un court texte présentant votre parcours, votre activité, votre expérience en entrepreneuriat… tout en respectant l’architecture de nos articles (voir un exemple).
Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !



Portrait d’entrepreneur : Nicolas Duvernois, créateur de PUR Vodka

Portrait d’entrepreneur : Nicolas Duvernois, créateur de PUR Vodka

Nicolas, depuis combien de temps êtes-vous entrepreneur?

Le déclic s’est produit vers l’âge de 22 ans. J’étais à l’université en sciences politiques, mais j’ai eu la piqûre en lisant des ouvrages sur l’entrepreneuriat. J’ai découvert qu’il était possible de se créer de toutes pièces notre carrière, selon nos critères.

Quel est votre domaine d’activité?

Les spiritueux. Avec PUR Vodka, ça va faire 10 ans maintenant et en mai dernier j’ai lancé Romeo Gin. Dans un autre domaine, je me suis associé avec Éric Salvail pour le jeu de société «Les recettes pompettes», qui fonctionne très bien.

Quels sont les défis de ce secteur?

Se lancer en affaires, c’est facile, mais se débrouiller et y rester représentent tout un défi. J’ai été seul pour lancer mon idée. On essaie de suivre les conseils dans les livres, mais la réalité est différente. On doit continuer de tracer notre chemin, puisqu’au début, personne ne croit en toi. J’ai été voir une quinzaine de banques…

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer en affaires?

Le fait de pouvoir construire quelque chose de A à Z, c’est très gratifiant. Mais il faut être persévérant et ne pas compter nos heures.

Racontez-vous en quelques lignes votre parcours pour en arriver là.

Ça m’a pris quatre ans entre l’idée jusqu’à la mise en marché de la première bouteille, en plus d’avoir un travail à temps plein : c’est comme le parcours du combattant ! Il y a tout un monde derrière la production d’un spiritueux. On le crée d’ailleurs avec un maître distillateur, pour faire ressortir l’essence même et la qualité du produit. Je me vois comme un archéologue qui effectue des recherches en permanence et continue à creuser pour trouver ce qu’il cherche vraiment.

Qu’est-ce qui est le plus difficile à gérer au quotidien lorsqu’on est entrepreneur?

Apprendre à dire non, gérer ses priorités et son horaire. Ce n’est vraiment pas évident, car j’ai appris à faire un millier de tâches. Même après toutes ces années, il n’y a pas de truc. Il faut savoir filtrer les demandes.

Quelle est votre stratégie pour vous démarquer de la concurrence?

J’ai développé ma propre recette. Peu importe le domaine, il faut y travailler. Par exemple, vais-je miser sur la quantité ou la qualité? Dans mon cas, j’ai choisi de développer un produit de qualité. Il se mélange bien dans les cocktails, mais se boit très bien aussi tel quel, sans ajout. Dans le cas de PUR Vodka, on distille du maïs. La sensation en bouche offre un petit côté soyeux.

De quelle manière utilisez-vous Kiwili au quotidien pour la gestion de votre entreprise?

Je dois avouer que ce n’est pas moi qui m’occupe de la comptabilité. Tout comme ce logiciel aux multiples fonctions, mon entreprise inclut plusieurs employés. Je suis comme le capitaine du bateau: lorsque vient le temps de lever l’ancre, un membre de l’équipe va s’en occuper. Bref, les outils à notre disposition sont très pratiques, mais il ne faut jamais oublier que de l’autre côté de l’écran il y a un être humain.

Quels sont les conseils que vous donneriez aux entrepreneurs qui se lancent?

  1. Être curieux. Que l’on réussisse ou non.
  2. Être passionné par ce que l’on fait. Sinon, on va abandonner. Si on est passionné, le chemin risque d’être compliqué, mais aux moins on va lutter avec un sourire.
  3. N’écouter personne, surtout ceux qui n’ont que des idées négatives à nous partager, sur le fait que ce n’est pas logique de se lancer en affaires et qu’il y a beaucoup trop d’incertitudes, par exemple.

Quelle est votre implication au sein de la communauté en tant qu’entrepreneur?

Des conférences sur le monde des affaires et la fondation du mouvement Adopte Inc., visant à aider les entrepreneurs de la relève sur le plan stratégique et financier.

Retrouvez tous les portraits d’entrepreneurs :

À propos de l’auteur : Passionnée d’écriture depuis sa tendre enfance, Véronique a exercé la carrière de journaliste pendant plus de 10 ans. En 2015, elle se lance à son compte pour se spécialiser dans la rédaction web et la gestion des médias sociaux. Voici quelques domaines qui l’intéressent: technologie, développement personnel, mieux-être, spiritualité et, bien sûr, le monde du travail.

Retrouvez plus d’informations sur Véronique Demers et son travail sur : son site webFacebook et Twitter

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !



Portrait d’entrepreneur : Véronique Demers – Rédactrice Web

Portrait d’entrepreneur : Véronique Demers – Rédactrice Web

Depuis combien de temps êtes-vous entrepreneur ?

Je me suis lancée au printemps 2015, après avoir occupé pendant près de 10 ans le même poste (journaliste-photographe pour des médias locaux). J’ai voulu saisir les nombreuses opportunités qu’offrent la rédaction web et la gestion des médias sociaux.

Quel est votre domaine d’activité ?

La rédaction web et les médias sociaux.

Quels sont les défis de ce domaine ?

Le principal défi est de savoir se démarquer et de convaincre les clients de la pertinence de notre travail et de l’impact positif à moyen et long terme au sein de son entreprise. Bref, le challenge est de l’inciter à embrasser pleinement le virage numérique.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer en affaires ?

Je me suis lancée en affaires pour avoir un horaire flexible, avec des tarifs décents et de bonnes conditions. Être travailleur autonome me permet enfin de choisir mes projets, mes clients et les collaborateurs avec qui je joins mes efforts pour fournir une offre de service complète.

Racontez-nous en quelques lignes votre parcours pour en arriver là.

Un événement important survenu à l’automne 2014 m’a poussée à réfléchir à mes objectifs personnels, professionnels et mon avenir en général. Finalement, quelques mois plus tard, j’en ai conclu que je voulais avoir plus de temps pour vivre (et donc travailler moins), tout en gardant de bonnes conditions. Depuis ce temps, ma devise est de “travailler pour vivre” et non de “vivre pour travailler” !

Qu’est-ce qui est le plus difficile à gérer au quotidien lorsqu’on est entrepreneur ?

Cela peut varier d’un entrepreneur à un autre, mais dans mon cas, c’est la discipline, c’est-à-dire de respecter et d’atteindre les objectifs que je me suis donnés dans la journée. Il peut parfois m’être très difficile de travailler à la maison, car plusieurs sources de distractions sont présentes. C’est pourquoi, il est très important de se bloquer dans notre horaire des plages de travail et de ne pas y déroger. Et lorsque je vois qu’il n’y a rien à faire et que je suis sur le point de perdre le contrôle, j’investis quelques dollars dans un café !

Quelle est votre stratégie pour vous démarquer de la concurrence ?

J’effectue un suivi impeccable auprès de mes clients existants et potentiels et je suis chaque année des formations dans mon domaine afin de me spécialiser sans cesse et rester à la fine pointe de la technologie. Je m’assure aussi de répondre pleinement aux besoins de mes clients et de réajuster le tir si nécessaire pour que la satisfaction soit totale.
Outre ces habiletés essentielles pour s’assurer une longue vie professionnelle de travailleur autonome, je crois qu’il faut aussi innover et ne pas avoir peur de tester de nouvelles approches, de nouvelles stratégies, toujours en vue de capter l’attention et de se démarquer, pourvu que ces stratégies correspondent à la vision et aux valeurs de l’entreprise pour laquelle on a un mandat.

De quelle manière utilisez-vous Kiwili au quotidien pour la gestion de votre petite entreprise

Je l’utilise surtout pour la gestion des devis, projets et factures. Tout est ainsi centralisé, et cela devient beaucoup plus simple lorsque vient le temps de remettre à mon comptable les états financiers de mon entreprise pour la préparation de mon rapport d’impôt. J’aime aussi l’application mobile de gestionnaire de temps (Kiwili Timer). Je peux me lancer dans un projet et pendant ce temps, le temps est minutieusement calculé.

Quels sont les conseils que vous donneriez aux entrepreneurs qui se lancent ?

Étant moi-même assez nouvelle dans l’entrepreneuriat, je leur dirais de prendre leur courage à deux mains et de plonger dans ce merveilleux monde ! Mais la réalité de la vie nous ramène assez vite à devoir payer des factures récurrentes. Je leur conseillerais donc d’occuper un travail à temps partiel couvrant seulement une partie des dépenses, les obligeant ainsi à entreprendre les démarches nécessaires pour combler le manque à gagner avec des mandats de travailleur autonome. Ou encore de surfer sur leurs économies, en sachant que toute bonne chose a une fin et qu’ils doivent réussir à obtenir assez de clients avant que leur pécule ait fini de fondre comme neige au soleil.

Quelle est votre implication au sein de la communauté en tant qu’entrepreneur ?

Je participe aux corvées de travaux et à certains ministères de Mosaïque, une église communautaire chrétienne à Québec.

Retrouvez le travail de Véronique Demers  :

Retrouvez tous les portraits d’entrepreneurs :



Vous êtes client Kiwili et vous aimeriez partager votre expérience avec la communauté ? C’est simple, il suffit de remplir ce questionnaire.

 

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !