Vous entendez souvent parler dans les médias de l’économie sociale et solidaire ou “sharing economy”, vous partagez ces valeurs et vous aimeriez les appliquer à votre petite entreprise ? Suivez le guide !

L’économie sociale et solidaire (ESS pour les intimes) repose sur les principes de solidarité, de respect de l’environnement et d’utilité sociale, appliqués au domaine de la gestion d’entreprise.
Voici une sélection d’actions simples tirées des principes de l’économie sociale et solidaire, que vous pouvez mettre en place dans votre quotidien d’entrepreneur et travailleur autonome :
  • Pratiquer le management participatif

L’économie sociale et solidaire se base sur des modes de gestion démocratiques et participatifs, que vous pouvez facilement appliquer à votre petite entreprise.

Le but de ce management est d’impliquer ses collaborateurs dans le fonctionnement de l’entreprise, notamment au niveau décisionnel. Chacun est donc apte à prendre des initiatives à son niveau, sans nécessairement faire appel à son supérieur, tant que ces décisions restent en accord avec la stratégie générale de l’entreprise.

Vous pouvez aussi choisir de mettre en place un environnement de travail flexible et propice au développement personnel, qui favorisera l’esprit d’équipe au sein de votre entreprise. L’écoute et la communication sont les maîtres mots de ce type de management “à l’horizontale”.

  • Favoriser les échanges et le travail collaboratif

En tant que freelance, petite entreprise ou travailleur autonome, vous connaissez déjà l’importance des relations et du “networking” pour séduire de nouveaux clients. Mais avez-vous déjà pensé au co-working, à l’échange de compétences ou la co-création ?

Vous connaissez sans doute déjà le co-working, ces espaces de travail qui fleurissent un peu partout dans le monde, permettant aux travailleurs indépendants de partager un bureau et différents services dans une ambiance détendue et amicale. D’ailleurs, savez-vous que Kiwili a aussi son espace de co-working ? Venez découvrir l’Espace Kiwili en plein coeur du Mile End à Montréal.

Pour ce qui est de l’échange de compétences, il s’agit d’un “troc” de bien/services sans aucune contrepartie financière, plutôt utile dans le cas des micro-entrepreneurs qui ne sont pas autorisés à déduire leurs frais dans leur comptabilité. Exemple: un freelance propose une prestation en design web en échange d’équipement informatique.

Le principe de co-création repose sur la complémentarité d’expertise de deux partenaires, qui décident de travailler ensemble pour remettre un projet ou service au client. Cette méthode de travail favorise les échanges et permet d’élargir votre clientèle, puisque seul(e) vous n’auriez pu répondre au besoin du client.

  • Limiter son impact environnemental

Optimiser votre environnement de travail pour limiter les consommations électriques et la surconsommation, vous réduirez ainsi vos coûts, tout en respectant l’environnement. Appliquez la Règle des 3 R : Réduire, Réutiliser et Recycler !

Peut-être que vous utilisez déjà avec parcimonie les impressions et que vous éteignez systématiquement vos appareils électriques, mais vous pouvez faire bien plus avec un minimum d’organisation, comme : utiliser des cartouches réutilisables, débrancher vos appareils lorsqu’ils ne fonctionnent pas ou utiliser des prises avec interrupteurs, recycler vos déchets et privilégier les emballages en carton au verre/plastique, acheter des produits neufs issus du recyclage, faire réparer vos appareils en panne dans un “repair-café”, changer de fournisseur d’électricité ou produire de l’énergie verte, privilégier les produits locaux et/ou issus du commerce équitable, choisir des partenaires commerciaux responsables, utiliser au maximum les transports en commun et privilégier les déplacements à pied/vélo, donnez au lieu de jeter, etc.

  • Opter pour le financement solidaire

Dans les entreprises de la Sharing Enonomy, le profit individuel est proscrit et les résultats sont réinvestis. Le système bancaire a beaucoup évolué en ce sens et propose aujourd’hui de nombreuses solutions bancaires dites “solidaires”, permettant de soutenir des projets environnementaux, sociaux et solidaires. C’est notamment le cas des prêts et microcrédits sociaux, des solutions d’épargnes et fonds de solidarité solidaires. Certaines banques sont même spécialisées dans le soutien de l’ESS, comme c’est le cas du Crédit Coopératif, de la Nef (France) et de la Caisse solidaire Desjardins (Québec).

En dehors du système bancaire, de nombreuses initiatives en ligne existent pour aider des entrepreneurs à monter leurs projets, comme les plateformes de financement participatif (crowdfunding).

Et bien sûr, communiquez sur vos actions auprès de vos relations et clients, beaucoup se rallieront à votre cause, si ce n’est pas déjà le cas ! De nombreux consommateurs sont sensibles aux valeurs environnementales et solidaires, argument qui peut s’avérer d’une importance majeure lors de leurs achats au quotidien.

À propos de l’auteur : Magali Rotoullié est spécialiste en marketing web depuis 2012 et travaille également à son compte. Curieuse et créative, elle s’intéresse notamment aux dernières tendances de la communication et à tout ce qui touche au « vivre et travailler autrement ». Retrouvez Magali sur sa page Web et sur Linkedin.

Si vous aussi avez envie d’écrire un article pour le blog de Kiwili, lisez notre article sur la possibilité de devenir rédacteur partenaire et contactez-nous !


Essayez Kiwili gratuitement pour 30 jours

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Google+

Recevez des nouvelles de Kiwili !

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières nouvelles et conseils d'entrepreneuriat de Kiwili.

Vous êtes abonné, merci !

Share This