Laissez-moi vous raconter une histoire : la mienne, qui m’a permis de créer un business sur internet en parallèle de mes études et de ne pas avoir à trouver de travail à la fin de celles-ci, car je vivais justement de mon activité sur internet.

J’avais 23 ans, j’étais en Master 1 droit du travail (équivalent du baccalauréat au Québec). Je possédais un petit appartement pour étudiant à Lille. La masse de travail était très importante et je pensais faire carrière en devenant avocate en droit du travail, seulement la réalité des choses a été tout autre.

J’ai rencontré sur internet un homme qui tenait un site web et gagnait près de 15 000 € (approximativement 21 923 dollars) par mois dans le domaine de la relation amoureuse. Nous sommes devenus amis et je me suis rendu compte qu’il y avait de très bonnes personnes qui pouvaient tenir un site sans être un escroc en profitant d’internet. Je me suis alors intéressée à faire de même en créant un site avec des conseils en droit du travail.

1 – L’organisation quotidienne : créer des habitudes

Le premier conseil que je peux donner lorsqu’on souhaite créer un business sur internet durant ses études c’est de s’organiser une routine quotidienne et de s’y tenir. Ainsi, en rentrant des cours je travaillais de 18 à 20 h puis je me laissais le temps de manger. Ce n’est qu’ensuite, que j’ai gagné du temps en efficacité en remplaçant la télévision par le fait de me former en marketing web. De 21h à 23h, je regardais des vidéos sur le sujet, je regardais des tutoriels, je lisais des livres et pas un jour ne passait sans que je n’applique cette routine.

2 – Trouver sa passion, c’est comme trouver l’amour : on sait quand c’est la bonne

Je me suis beaucoup formée, j’ai créé mon site en droit du travail, mais je ne pouvais pas le monétiser, car je n’étais pas encore avocate. De plus, je me suis rendu compte que ces études ne me correspondaient pas, car je me formais avec une passion dévorante pour le marketing web. J’avais trouvé ma passion et je souhaitais en faire mon travail. Cependant, une fois sa passion trouvée il faut bien vérifier si la thématique est rentable puisque celle en droit ne l’est pas par exemple. Les thématiques les plus rentables sur internet sont : le sport, le voyage, l’immobilier, l’alimentation, la méditation, la décoration, l’éducation, les animaux ou encore la mienne qu’est le marketing web.

3 – Se faire connaître sur internet

Lancer son affaire sur internet n’est plus si difficile qu’auparavant. En revanche, c’est se faire connaître sur internet qui devient difficile. Pour cela, j’ai intégré un petit groupe de blogueurs où l’on s’échangeait des commentaires pour gagner en autorité.
YouTube est ensuite venu concurrencer les blogs et de nature très timide, je me suis dit que j’allais tout de même beaucoup perdre en audience et en argent si je ne me mettais pas sur cette plateforme. Les débuts ont été un peu difficiles pour me faire connaître, mais avec l’expérience j’ai su gagner en visibilité et je me suis même créé une seconde chaîne pour aider les étudiants. Cette seconde chaîne m’a permis d’obtenir rapidement un deuxième business sur internet, mais aussi plus de 6000 abonnés en un an et environ 500€ par mois.

L’un des conseils pour se faire connaître quand on crée un business sur internet c’est de bien utiliser les mots-clés recherchés dans votre thématique. Ainsi, vous êtes sûr de faire beaucoup de vues selon le nombre de recherches mensuelles (supérieures à 1000) et selon la concurrence si elle est faible pour le mot sélectionné.

Enfin, un autre conseil est de vous démarquer : j’ai été la première à commenter les vidéos de mes concurrents quand elles paraissaient en ligne. Ainsi, avec mon nom de chaîne « Mlle Webmarketing » suivi d’un commentaire en complément avec la vidéo du concurrent, je pouvais aspirer une partie de ses clients sans générer beaucoup d’efforts.

4 – Imaginer, se démarquer, améliorer, mais surtout appliquer

Sur internet, la créativité est importante et pendant longtemps je me contentais de faire comme les autres sans chercher à mettre ma touche personnelle. Aujourd’hui, j’ai mon logo animé qui me ressemble au début de chaque vidéo pour marquer ma différence et créé par une agence de communication. J’ai également un décor qui m’est propre, un kit éclairage et une façon d’expliquer et d’amener les choses qui me sont propres également.

La pédagogie sur internet est très importante : parlez lentement, prenez beaucoup d’exemples et n’hésitez pas à filmer votre écran ou illustrer avec des images pour montrer concrètement aux personnes comment s’y prendre pour appliquer ce que vous enseignez.

5 – Il suffit juste d’y croire

La clé première, de base qui se veut pourtant simple dont je rappelle constamment lorsqu’on veut créer un business sur internet : c’est qu’il suffit avant tout d’y croire. Beaucoup d’entrepreneurs commencent un business sans réelle motivation en se disant par avance que cela va être compliqué et qu’ils ont très peu de chances d’y arriver. Comme disait Henry Ford « que vous croyiez en être capable ou non, vous avez raison ».

J’ai aujourd’hui 25 ans, j’ai terminé mes études il y a à peine 3 mois, je suis mon propre patron. Je gagne en moyenne 2000€ par mois, car j’ai anticipé et j’ai commencé à créer mon propre business sur internet pendant mes études. À vous de jouer !

À propos de l’auteur : Nina Habault est passionnée de marketing web. Elle aide les femmes à créer un business autour de leur passion sur internet pour devenir chefs d’entreprise depuis leur salon.
Retrouvez plus d’informations sur Nina sur son site internet « Booster ma vie » , sa chaîne YouTube, et Linkedin.

Si vous aussi avez envie d’écrire un article pour le blog de Kiwili, lisez notre article sur la possibilité de devenir rédacteur partenaire et contactez-nous !


Essayez Kiwili gratuitement pour 30 jours

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Google+

Recevez des nouvelles de Kiwili !

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières nouvelles et conseils d'entrepreneuriat de Kiwili.

Vous êtes abonné, merci !

Share This