L’EBITDA, une expression que vous avez sûrement dû entendre dans le secteur financier. L’EBITDA, cela veut dire quoi exactement ? L’EBITDA est l’acronyme de Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization. L’abréviation EBITDA sera amplement suffisante pour notre article. Cette méthode vient directement des États-Unis et est l’équivalent en France de l’Excédent brut d’Exploitation (EBE).

 

Qu’est-ce que l’EBITDA ?

Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization (EBITDA) est une méthode de calcul de rentabilité élaborée par les Anglo-saxons. Au-delà de l’analyse par destination et par la rentabilité des capitaux investis, l’utilité des soldes intermédiaires de gestion, il s’agit tout simplement de l’excédent brut d’exploitation (EBE) auquel on enlève la participation des salariés. Vous l’aurez compris, l’EBITDA est un indicateur comptable financier qui vient mesurer la rentabilité financière du cycle d’exploitation d’une entreprise.

 

À quoi sert-elle ?

Cette méthode mesure les revenus d’une entreprise avant soustraction des intérêts, impôts, dotations aux amortissements et provisions. Elle représente la richesse dégagée par l’activité afin de la comparer à celle d’autres entreprises, indépendamment des différences de traitement comptables.

Elle est considérée comme un excellent outil dans le domaine de la gestion des entreprises, car cette méthode permet une meilleure comparaison des résultats entre entreprises.

 

L’EBITDA est-elle différente de l’EBE ?

On le compare à l’excédent brut d’exploitation française. C’est vrai que des similitudes existent. Cependant, il existe une différence minime avec celle-ci. L’excédent brut d’exploitation est un indicateur de la ressource d’exploitation dégagée par une entreprise au cours d’une période d’activité, et le calcul de l’EBE ne tient pas compte des provisions d’exploitation.

 

L’EBITDA est-elle utile ?

Elle dépend encore une fois du point de vue. Dans la comptabilité anglo-saxonne, l’EBITDA est l’outil qui permet de mesurer la performance opérationnelle de l’entreprise. Tandis que dans la comptabilité française, l’EBITDA n’est pas un outil indispensable, car nous avons déjà l’EBE qui est très similaire à l’EBITDA.

 

Les limites de cette méthode

L’EBITDA a ses limites. Son utilisation ne doit pas être prise à la légère. Avec cette méthode, nous pouvons comparer seulement les entreprises du même secteur d’activité. Les entreprises n’utilisent pas forcément les mêmes calculs pour calculer l’EBITDA.

 

Calculs de l’EBITDA

Ils existent différente manière de calculer l’EBITDA :

  • Calcul à partir du chiffre d’affaires

EBITDA = Chiffre d’affaires – achats – autres charges externes – charges de personnel – autres charges

  • Calcul à partir du résultat net

EBITDA = Résultat net + charges d’intérêts + charges d’impôts + amortissements et provisions

L’interprétation du résultat varie en fonction du chiffre. Le chiffre obtenu peut être positif ou négatif. Si l’on obtient un EBITDA positif, il nous informe que le processus de production de l’entreprise lui permet de s’enrichir. Par conséquent, l’entreprise est rentable. Cependant, si l’on obtient un EBITDA négatif, cela nous indique que l’entreprise ne fait pas de profit d’un point de vue opérationnel. Par conséquent, l’entreprise devra revoir son cycle d’exploitation afin d’éviter toute situation de faillite financière.

Cette méthode fait appel à l’ensemble de l’analyse de la performance issue de la comptabilité anglo-saxonne. L’EBITDA peut être utilisé dans le cadre d’une société agissant internationale, mais en dehors ce contexte d’analyse, ce n’est pas l’outil le plus pertinent pour analyser l’activité d’une petite entreprise.

Logo Kiwili

Kiwili est un logiciel de gestion d’entreprise tout-en-un. A la fois logiciel de facturation et de devis, c’est aussi un vrai logiciel de comptabilité. Avec son CRM en ligne, c’est un logiciel de gestion de projets pratique, qui inclut un logiciel de feuilles de temps en ligne. Tout ce qu’il vous faut pour gérer votre entreprise !