Tout semble vous sourire, ces temps-ci. Ou presque ! Travailleur autonome depuis quelques mois déjà, vos affaires fleurissent… mais votre santé périclite. Vous serez en arrêt de travail pour une période minimale de 6 mois. La question se pose : « Êtes-vous bien assurés? ». Coup d’oeil sur les notions à connaître pour bien choisir un contrat d’assurance-invalidité !

Personne n’est à l’abri d’un accident ou d’une maladie. En 2011, La Financière Sun Life dévoilait que 90% des Canadiens étaient inquiets : leur situation financière serait ébranlée s’ils devaient souffrir d’un problème de santé majeur ou chronique. Non, la décision de protéger votre capacité à générer un revenu n’est pas un luxe, mais une nécessité !

Vous pourriez ainsi choisir de recevoir une prestation mensuelle non imposable de 3000 dollars, à titre d’exemple — vous qui gagnez actuellement 5000 dollars bruts par mois soit l’équivalent de 60 000 dollars annuellement — et ce, tant que persiste l’invalidité. Les prestations peuvent ainsi être payables pendant 2 ans, 5 ans, 10 ans ou jusqu’à l’âge de 65 ans, dépendamment du contrat choisi. De quoi vous permettre, finalement, d’assumer le paiement de l’hypothèque, de la voiture et de toutes ces petites dépenses qui s’accumulent drôlement rapidement… malgré votre incapacité partielle ou totale, et probablement temporaire, de travailler.

Le secret demeure de s’assurer le plus tôt possible, en jeune âge, et pendant que vous êtes au sommet de votre forme. Non seulement vous protégerez-vous d’une perte éventuelle de revenus dans le cas d’une invalidité assurable sous le plan, mais vous débourserez dès lors une prime annuelle moindre que si vous attendiez quelques années avant de procéder.

À savoir en prévision de votre souscription :

1. Le tableau des professions

Sachez qu’au moment d’établir la tarification de votre contrat, l’assureur utilise un tableau des professions pour déterminer le risque associé à un métier en particulier. Autrement dit, le libraire risque d’assumer une prime moins dispendieuse qu’un employé de la construction !

2. Le délai de carence

La prestation mensuelle n’est jamais versée dès le « Jour 1 » de l’invalidité. Toute assurance implique un délai de carence, soit cette période durant laquelle l’assuré assume en quelque sorte une partie du risque. Plus le délai (15, 30, 60, 90, 180 jours) avant le versement des dites prestations est long, moins la prime sera élevée. Votre fonds d’urgence est-il suffisamment garni pour affronter cette période de vache maigre? L’assurance-emploi offre d’ailleurs un programme de base pour les travailleurs autonomes et permet de colmater la brèche créée par le fameux délai de carence. Relisez le billet dédié au sujet sur le blogue de Kiwili.

3. Clause d’exclusions de certaines maladies

Attention ! Une clause d’exclusion de maladies préexistantes peut être ajoutée au contrat par l’assureur. Celle-ci limite généralement la protection offerte en raison d’une maladie présente avant la prise d’effet du contrat.

4. Exonération de primes

L’exonération des primes en cas d’invalidité et la protection contre l’inflation se veulent généralement des garanties pertinentes. Tout est fonction du coût associé à chacune de celles-ci, cependant.

5. Compréhension des termes employés dans les contrats

Vous constaterez que le jargon associé au milieu financier est omniprésent dans les contrats d’assurance invalidité. Ne vous laissez pas intimider par tout ce charabia ! Avant de signer la proposition d’assurance, assurez-vous de bien comprendre vos besoins et de poser toute question technique à votre conseiller de confiance.

Maintenant que vous savez de quelle façon protéger votre revenu contre les aléas de la vie, mettez aussi votre petite entreprise à l’abri des mauvaises surprises de nature comptable en utilisant Kiwili !

 

À propos de l’auteur : Domique Lamy est journaliste indépendant depuis 2008. Il est un passionné des finances personnelles et des marchés boursiers… depuis toujours! Il collabore régulièrement au Journal Les Affaires, au magazine Les Affaires Plus et au tout nouveau site Avenues.ca.

Retrouvez Dominique sur sa page Linkedin, Facebook et Twitter.

Si vous aussi avez envie d’écrire un article pour le blog de Kiwili, lisez notre article sur la possibilité de devenir rédacteur partenaire et contactez-nous !


Essayez Kiwili gratuitement pour 30 jours

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Google+

Recevez des nouvelles de Kiwili !

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières nouvelles et conseils d'entrepreneuriat de Kiwili.

Vous êtes abonné, merci !

Share This