Devenir micro-entrepreneur ou travailleur autonome au Québec et donc créer sa petite entreprise devient de plus en plus populaire et a ses avantages. Vous êtes votre propre patron, vous choisissez la mission de l’entreprise et vous vous investissez comme jamais dans cette affaire.

Kiwili ne souhaite que votre réussite, et c’est pourquoi il ne faut pas oublier que l’entrepreneuriat comporte son lot de risques, qui peuvent parfois être mal gérés tant la motivation de créer son entreprise est grande.

Kiwili vous donne ses astuces pour ne pas tomber dans les pièges de l’entrepreneuriat pour ainsi devenir une entreprise prospère !

Les 7 pièges à éviter lors de la création de sa petite entreprise pour le travailleur autonome :

1. Garder tout pour soi :

«J’ai une super idée, mais je ne peux pas t’en parler… »
Il y a tant d’idées qui ont été présentées ainsi, et qui continuent à prendre poussière. Une idée, nous nous disons souvent que nous sommes le seul à l’avoir eue ; qu’elle va révolutionner le monde et qu’elle sera une garantie de succès.
Mais, oui il y a toujours un “mais”, présenter ainsi son idée, c’est lui ôter deux chances :

  • Celle d’être confrontée à un avis extérieur et d’être améliorée par des expériences et des conseils. Un entrepreneur trouvant une (bonne) idée, innovante, peut être parfois obnubilé par celle-ci et ne voir que les avantages, en somme l’idéaliser.
  • Celle d’être clarifiée à force d’être présentée. Communiquer sur son idée, c’est s’entraîner à l’expliquer ; c’est la rendre le plus intelligible possible. Ce sera la première fois que vous la vendez. Cet exercice est très profitable, car en essayant de l’expliquer vous allez vite vous rendre compte qu’il manque un lien entre le rêve et le réel. Les personnes qui vous écoutent poseront des questions que vous ne suspectiez pas. Ne soyez surtout pas vexé, car il est impossible de penser à tout. Voyez cela comme un coup de pouce profitable.

2. Être attiré par le chant des sirènes :

L’herbe est toujours plus verte ailleurs, c’est ce que nous croyons tous. Nombreux sont les futurs entrepreneurs qui répondent aux chants des sirènes d’un secteur dont ils ne connaissent ni le métier, ni le langage ainsi que les codes, les usages et les pratiques.

Mais s’étendre sur un nouveau marché, c’est courir le risque de sous-estimer les « barrières à l’entrée » ou de les découvrir trop tard, de se tromper de plan d’affaires par méconnaissance et manque d’expérience. Vous risquez de perdre un temps considérable et un investissement qui sera irrécupérable si tout devait s’effondrer.

Sachez que vos concurrents sont peut-être des experts depuis des années, et vous débarquez dans un monde inconnu.
Actuellement, le secteur des nouvelles technologies semble très attirant, nous en convenons. Cependant si vous êtes dans un domaine totalement différent, beaucoup moins axé sur internet et les technologies, alors restez sur ce domaine. Améliorez-le, regardez ce que vous êtes capable de faire, de produire et de développer. Être compétent dans votre domaine vous évitera un apprentissage qui peut s’avérer être (trop) long et vous allez sûrement vous rendre compte que cela ne vous plaît pas. Ne négligez donc pas la différence entre le fond et la forme !

Kiwili vous conseille :

  • Rencontrez, participez aux forums et salons, fréquentez les clubs professionnels de ce nouveau secteur. Privilégiez le réseautage lors de 5 à 7, c’est le bon moyen pour trouver des oreilles attentives à votre projet. C’est peut-être là aussi où vous trouverez un partenaire ou un investisseur qui pourront peut-être transformer votre projet et le rendre toujours plus réaliste et par la même occasion plus profitable.
  • Tirez profit de votre regard neuf pour expérimenter d’autres plans d’affaires, en vous laissant la possibilité d’en changer ou de rebasculer vers ceux qui ont fait leurs preuves en cas d’échec.

3. Ne pas mettre en place une stratégie claire :

Il est important avant de se lancer dans le processus de création d’entreprise, de mettre en place une stratégie précise et claire, notamment, des prévisions de croissance. Le plan d’affaires ou business plan, est la clé de voûte ainsi que la ligne directrice de votre petite entreprise. C’est ce plan d’affaires qui vous guidera, qui vous permettra de ne pas vous éparpiller et rassurera vos investisseurs et collaborateurs.

Kiwili vous conseille :

  • Certains entrepreneurs échouent, non pas parce qu’ils ne réussissent pas à développer leur activité, mais parce qu’ils ont cherché à croître trop vite. Vous ne pouvez évidement pas tout prévoir à 100%, ainsi, une activité qui se développe de manière très rapide, n’a pas que des avantages.
  • En effet, l’entrepreneur peut très vite se retrouver avec une trésorerie insuffisante. Par exemple, une croissance très rapide implique des besoins en ressources humaines plus importants que prévu, donc des charges sociales plus conséquentes.
  • Un autre risque lié à une croissance rapide, l’entrepreneur peut ne pas avoir assez de temps pour former son personnel et se trouver dans l’impossibilité de déléguer une partie de ses tâches. De plus, pris par un développement accéléré de son chiffre d’affaires, il peut être tenté de recruter plus de personnel qu’il n’en a réellement besoin.
  • Si certains entrepreneurs négligent de bien ficeler leurs plans de financement, d’autres mettent leurs projets en péril en négligeant le côté commercial.Kiwili vous conseille donc d’avoir une vraie vision à long terme, c’est la pérennité de votre entreprise qui fera votre succès ! Ne soyez pas juste une belle étoile filante et ne vous laissez pas séduire par des opportunités qui semblent charmantes.

4. Ne pas faire confiance en son entourage :

L’entrepreneur voit tout, fait tout, résout tout. En somme, c’est un superhéros ! Croyez-le ou non, ceux qui se sentent pousser une cape dans le dos sont bien plus nombreux qu’on ne l’imagine. Et ils ont tort !

Du matin au soir, tous les sujets y passent, et plus il y en a, plus ils se sentent indispensables au bon fonctionnement de leur entreprise.
Cependant à trop vouloir en faire, vous finirez par oublier que vous n’êtes pas expert en tout, que l’excès peut être synonyme d’usure, et que ceux qui vous entourent vous recommandent de lever le pied et de prendre conseil, plutôt que de foncer tête baissée.

Nous vous recommandions dans notre article des résolutions 2016, de déléguer et faire confiance à autrui, car un surmenage peut vite arriver, et là encore votre entreprise peut souffrir de votre omniprésence dans tous les domaines.
Consulter et questionner votre réseau, partager les difficultés qui sont les vôtres, ou encore bénéficier des regards spontanés et des critiques peuvent aider à retrouver la voie de la conscience entrepreneuriale et du réalisme d’affaires.
L’entrepreneur a parfois tendance, à ne suivre que sa vision d’affaires, une vision pré établie, qui n’a peut-être pas changé depuis que l’idée entrepreneuriale a surgi de votre esprit. Cependant, le monde ne cesse d’évoluer. Le marché dans lequel vous êtes positionné est peut-être face à des bouleversements que vous ne serez pas capable d’assumer. Alors, consultez et parlez à vos collaborateurs, faites confiance à leurs conseils externes, ne soyez surtout pas seul dans un monde ouvert !

Kiwili vous conseille :

  • Mobilisez votre réseau. Il recèle d’expertises et de services pour alléger votre charge et vous aider à vous reconcentrer sur l’indispensable.
  • Apprenez à déléguer et vous entourer des meilleurs.
  • Consulter le blog de Kiwili. Plusieurs catégories existent dans notre blog qui aide les entrepreneurs à se lancer. Des catégories comme, comment être plus productif, nos conseils pour mieux gérer sa comptabilité et des portraits entrepreneurs qui vous motiveront.

5. Sous-estimer l’importance d’une gestion des finances efficaces :

Le manque d’expertise en gestion des finances est probablement la cause la plus fréquente des difficultés qu’éprouvent les jeunes entreprises et les micro-entrepreneurs, les travailleurs autonomes et les travailleurs indépendants.
Être entrepreneur d’une petite entreprise en démarrage génère automatiquement des investissements. Payer des employés si besoin est, faire de la recherche, créer un site internet, etc., et si vous souhaitez croître alors des frais seront ajoutés et c’est tout à fait normal !
Cependant, certaines d’entre elles n’ont pas les outils pour gérer leurs finances de plus près, notamment en développant une bonne compréhension du coût de revient des produits et services qu’elles vendent ainsi que du profit que chacun génère.

Une telle incapacité à prévoir la rentabilité future avec exactitude peut mener ces petites entreprises à sous-estimer leurs trésoreries. Certaines opteront pour un simple cahier où les dépenses et revenus seront inscrits, une liste de clients etc. Or en cas de surcharge de travail, de croissance soudaine, la comptabilité devient vite ingérable et la vie de votre petite entreprise est soudainement mise en sursis !

Il faut deux éléments pour gérer ses finances efficacement : les bonnes connaissances et les bons outils !

  • Les bonnes connaissances permettent aux entreprises d’optimiser l’utilisation des bons outils et leurs ressources. C’est également la connaissance de l’état de votre entreprise. Nous pouvons comprendre que la comptabilité n’est pas ce qu’il y a de plus passionnant pour un jeune entrepreneur, cependant n’hésitez pas à vous acheter un livre qui vous explique les fondements essentiels de celle-ci.
  • Les bons outils, c’est-à-dire un logiciel qui vous simplifie votre comptabilité. Un outil qui peut : gérer vos contacts, vos clients, vos fournisseurs ; organiser vos projets avec un suivi de rentabilité en temps réel ; qui améliore la planification de vos projets d’entreprise ; qui permet la création de factures professionnelles et permet le paiement en ligne et enfin qui puisse vous aider à partager des documents avec vos contacts. Vous ne voyez toujours pas ?

Kiwili est la réponse que vous attendiez ! Une gestion d’entreprise facilitée, avec une comptabilité claire et précise.

6. Être trop impatient :

Les investisseurs affirment qu’il faut avoir toujours plus de client ou prospect pour qu’une start-up se fasse entendre et bénéficie d’un investissement conséquent. Ce qui fait que les jeunes entreprises s’emploient activement à développer leur clientèle le plus rapidement possible. Toutefois, si vous vous concentrez uniquement sur votre croissance, votre produit en souffrira.

Chaque petite entreprise évolue à son propre rythme. Fixez-vous des objectifs de croissance basés sur la trajectoire de start-up similaires à la vôtre et adaptez vos attentes en fonction.
Si vous gérez une entreprise de médias, vous devrez atteindre un certain seuil de croissance avant de pouvoir engager une équipe de vente directe et de générer de l’argent. Cela pourrait prendre plusieurs années. Si votre activité est basée sur des transactions monétaires, sachez quelles marges sont nécessaires pour assurer un avenir durable à votre activité.

7. Avoir le mauvais logo d’entreprise :

Lors de la conception du logo, de nombreuses petites entreprises accordent trop peu d’importance à la dépense de celui-ci et se retrouvent avec un logo amateur. Un logo qui ne représente pas la marque ou qui n’attire pas le regard de la clientèle.
Simples et clairs, voilà les maîtres mots ! Quand vous souhaitez transmettre un message à un client ou à une tierce personne, vous choisissez d’être simple et clair pour ne pas envoyer un message contraire ? Et bien il en va de même pour le logo d’une entreprise.

Parfois on achète quelque chose juste pour sa beauté, ou parce qu’il y a le logo de sa marque préférée (vêtements, objets sponsorisés). Ne vous précipitez pas dans le choix du logo et n’ayez surtout pas une démarche amateur. Les chefs d’entreprises consacrent en général beaucoup de temps à l’installation physique de leur entreprise, s’assurant de disposer du meilleur équipement possible, mais pas toujours assez à la sélection du logo. Le logo est la première image que les clients se feront de vous, cela reflétera l’image de marque. C’est comme quand vous allez à un entretien, vous êtes bien habillé, le logo doit également être l’image qui ressort de votre entreprise.

Kiwili vous conseille :

  • Évitez de créer vous-même le logo, par souci d’économie alors que vous n’avez pas de compétence en graphisme.
  • Ne demandez pas à un ami de le faire pour vous, car “il a un peu d’expérience dans ce domaine”. L’ami n’est pas forcément la bonne personne, car il ne sera pas impartial et vous non plus.
  • N’achetez pas un logo préconçu à une entreprise sur internet. Il sera dans ce cas, tout à fait banal.
  • Évitez la complexité. Trop de détails tuent la mission de votre logo.

Pensez à tous les logos réussis que vous connaissez. Qu’est-ce qui les distingue des autres ?

Maintenant que vous savez ce qu’il faut faire et ne pas faire, il ne reste plus qu’à vous lancer… et vous équiper de la solution Kiwili pour faciliter votre quotidien !


Essayez Kiwili gratuitement pour 30 jours

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube

Suivez-nous sur Facebook, Twitter, Linkedin et Google+

Recevez des nouvelles de Kiwili !

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir les dernières nouvelles et conseils d'entrepreneuriat de Kiwili.

Vous êtes abonné, merci !

Share This